Kelchien, le site des toutous  

Les races   Adopter un chien   Le chien et la Société   Education   Vivre avec son chien   Alimentation   Santé   Rubriques utiles

Le Saint-Bernard

La devise du Saint-Bernard est : "Noblesse, dévouement et sacrifice".



Ce qu'il faut savoir sur ce chien :

Futur maître : attention, ce chiot avec sa bouille de peluche va très vite devenir un énorme molosse.
Le Saint-Bernard adulte est haut de 70 à 80 centimètres au garrot et dépasse les 70 kg dès 1 an ! D'où une stricte attention à porter à sa nourriture, mais aussi à son développement musculaire et osseux. Le Saint-Bernard nécessite un maître sportif, il est malheureux dans un appartement. Les grands espaces sont faits pour lui.
Attention à la fragilité de ce chien qui vit rarement plus de 9 ans et souffre parfois de problèmes osseux ou encore cardiaques.
Sa réputation de sauveteur n'est plus à faire depuis longtemps. Doté d'un flair remarquable, ce sont de magnifiques chiens d'avalanches. On raconte même qu'ils pressentent le danger, intervenant parfois pour éviter aux audacieux de courir inutilement les risques de la montagne.
De caractère aimable, de tempérament calme à vif , il est vigilant et bon gardien.
Il n'a pas un tempérament indépendant comme d'autres molosses de montagne, c'est un chien proche de son maître, très tendre et complice avec les enfants.
Actif entre 2 à 12 mois, il devient calme et très paisible à l'age adulte.
Il existe 2 variétés : poil court et poil long.
L'entretien est simple : un bon coup de brosse une fois par semaine, un shampoing s'il s'est vraiment sali. On peut dire qu'il est autonettoyant !
L'activité qui doit être modérée chez le chiot en pleine croissance, est au contraire recommandée chez l'adulte. Conçu pour vivre au coeur de la nature, dans des régions fraîches, inutile de le confiner dans un appartement, il y serait malheureux. Sortie quotidienne et/ou grand jardin nécessaire !
Il est indispensable de lui donner un bon dressage pour contrer son côté têtu et lui apprendre à ne pas mordre. Fermement élevé, mais avec amour, il se révèle être un chien doux, gentil, prêt à défendre son maître et les enfants. De santé très robuste, il est quand même nécessaire de surveiller son alimentation pendant sa croissance, à savoir lui donner des repas bien équilibrés et de contrôler ses yeux, sujets au larmoiement. De plus, comme il n'aime pas trop la chaleur en été, il faudra lui réserver des coins d'ombre.

En bref :

Sa taille Minie - Petite - Moyenne - Grande - Très grande - Géante
Son poils Absent - Ras - Court - Mi-long - Long
Son utilité Compagnie - Protection - Garde de locaux - Chien d'arrêt - Chien rapporteur - Chien leveur - Chien courant - Conduite de troupeaux
Votre logement Appartement - Appart avec balcon - Maison - Maison et jardin clos - Indifférent
Votre situation Célibataire - Couple - Avec enfants - Personnes âgées - Indifférent
Votre disponibilité Petit sportif - Grand sportif - Petit sédentaire - Grand sédentaire - Indifférent

Un peu d'histoire :

Le Saint-Bernard fait partie de la famille des molossoïde. Des bas-reliefs ont été retrouvés au Moyen-Orient datant de plus de 30 siècles, ressemblant énormément au Saint-Bernard à poil court. Le saint-bernard fut adopté par les légions romaines qui l'introduisirent en Europe.
On dit qu'il descend du mâtin des Pyrénées, et que, vers 1660, il fut offert à l'Hospice du Grand Saint-Bernard, en Suisse, où il remplissait à merveille ses missions de secours en montagne et de garde des moines. Cet hospice et monastère suisse fut fondé en 1045 par Saint-Bernard de Menthon, un dignitaire ecclésiastique du Val d'Aoste. Les moines lui donnèrent son nom : le Saint-Bernard.
Ces chiens furent utilisé au départ pour garder l'hospice, puis pour aider en cuisine, au transport du lait et du bois, jusqu'à ce que les moines ne découvrent ses incroyables capacités de pisteur.
C'est au 17ème siécle que les religieux commencèrent à éduquer ce chien pour rechercher et sauver les voyageurs perdus dans la neige. Ce fut le début d'une lignée de chiens sauveteurs, exceptionnellement doués, comme leurs congénères les Terre Neuve.
L'imaginaire populaire les affuble d'un tonnelet d'eau-de-vie accroché au cou qui serait destiné à revigorer les victimes du froid.
Cette image d'épinal est non fondée, car avec un tonnelet au cou, les Saint-Bernards n'auraient jamais réussi à creuser dans la neige, et de plus, l'alcool est interdit à toutes personnes souffrant d'hypothermie.

Le premier chien de légende fut Barry. Il vécut 14 ans (1800-1814) et fut à l'origine du sauvetage d'une quarantaine de personnes. Son corps est conservé et exposé au Musée d'histoire naturelle de Berne en Suisse et un monument lui est dédié à l'entrée du cimetière des Chiens à Asnières-sur-Seine (92), près de Paris.